Archives de
Mois : janvier 2017

Le wax fait son entrée dans votre intérieur

Le wax fait son entrée dans votre intérieur

Le style wax est une des dernières tendances de la décoration d’intérieur. Longtemps utilisé dans le monde de la mode, il trouve aujourd’hui sa place dans celui de la décoration d’intérieur. Désormais, il s’affiche dans de nombreux articles de magazines et on le retrouve souvent en couverture. C’est un style qui puise son inspiration dans la culture africaine. De nombreux décorateurs d’intérieur l’ont désormais adopté. Cette nouvelle tendance du wax décoratif vous offre de nombreuses idées pour aménager votre intérieur.

 Un style unique

Le mot wax vient de l’anglais et signifie cire. Le wax c’est avant tout une technique d’impression. On recouvre les tissus de cire pour permettre une meilleure fixation des couleurs. A l’origine, ce sont des Hollandais qui ont découvert et rapporté cette technique venue d’Indonésie. Puis, elle a été introduite en Afrique. Là, le tissu en wax a connu un grand succès. Ces tissus africains aux couleurs chaudes et colorées remportent aujourd’hui un vif succès et traversent les frontières. Avec ses impressions ethniques, on le reconnaît d’un simple coup d’œil. En vogue actuellement, il trouve aisément sa place au sein des habitats.

IMG_5547_0bf4a775485fe2a7275548e8f9f1aba2

Le tissu en wax

Ces tissus se démarquent par leurs imprimés en utilisant les symboles de la culture africaine. En Afrique, ce tissu est reconnu comme un symbole culturel emblématique car il révèle la beauté de la culture africaine. Par ailleurs, ses imprimés sont reconnaissables à leurs couleurs vives et typiques tant appréciées en Afrique. Cela apporte un vrai rayon de soleil dans votre intérieur. Vous pouvez donc utiliser ces tissus pour apporter de l’éclat à votre décoration. Avec des motifs géométriques et des visuels inspirés de l’Afrique, ces derniers font rêver et voyager. N’hésitez pas à opter pour une décoration d’intérieur en wax qui vous apportera chaleur et gaîté.

Le marché du wax

Aujourd’hui, de nombreux décorateurs d’intérieur ont investi le marché du wax. Inspirés par ces tissus, ils créent de nouveaux modèles de mobilier et d’équipement en y apportant la touche wax. Ces coloris chaleureux se mixent à merveille avec différentes sortes de bois. De même, ils se marient très bien avec d’autres matériaux. Ils permettent de pouvoir personnaliser les différentes pièces de la maison. De plus, ils apportent du modernisme. Pour ceux intéressés par cette tendance, des magasins spécialisés commercialisent les dernières créations. Enfin, des livres sur le thème wax sont à votre disposition. Vous y trouverez de nombreux conseils pour mieux intégrer ces produits à votre décoration.

Toute une culture

 877717c3765453fcb0214e43cdd837fd106_0528

Fort de son succès, ce tissu s’invite au sein des musées. Récemment, le musée de Brighton a organisé l’exposition «Fashion Cities Africa » pour célébrer la mode africaine. De plus, le musée du Grand Palais a invité dernièrement une photographe malienne pour présenter ses travaux. On retrouvait alors les fameux tissus wax utilisés comme fond pour ses portraits. Le salon Who’s Next a lui aussi fait la part bel au fameux tissu. Très récemment, c’est le concept-store parisien Merci qui a mis en avant cette étoffe. En effet, il a permis de révéler de jeunes talents africains en présentant leurs créations dans une exposition intitulée « So Wax ».

Les objets en wax

Le wax décoratif habille et sublime les intérieurs. De nombreux meubles comme des chaises et des tabourets se parent du tissu et apportent une touche de couleur pour des lieux qui deviennent très tendance. Le canapé en wax est lui aussi très sollicité. On retrouve des objets en wax : des boîtes à thé, des assiettes, des carnets, des poufs en wax ou encore des lampes. Le style wax est utilisé aussi pour des ensembles de table et agrémente des serviettes, des nappes et des chemins de table. De plus, il enjolive votre literie en wax avec des parures: couette, oreiller et plaid pour une chambre au look plus exotique. Des rideaux en tissu wax habillent vos fenêtres et leurs couleurs viennent raviver des lieux un peu trop sages ou en quête de chaleur.

Le coussin wax, l’accessoire déco ultra tendance

lapetitecongolaise1Parmi les accessoires wax les plus sollicités, on trouve le coussin. En effet, les coussins en wax se révèlent être l’accessoire tendance et chic pour décorer facilement son intérieur. Il apporte une touche de couleur et rehausse les tons de nos pièces. Facile à combiner grâce au grand choix de coloris, le coussin est un véritable atout. On le place où l’on veut, sur un canapé ou sur un lit. Généralement imprimé sur les deux faces avec des impressions différentes. On peut alors le retourner en fonction de ses envies. C’est aussi une solution pratique et facile pour égayer et ensoleiller les lieux de vie. Accessoire à un prix abordable, vous trouverez ainsi des housses de toutes les tailles pour habiller vos coussins selon vos goûts.
N’hésitez donc pas à adopter le style wax pour apporter une touche de gaîté à votre intérieur et personnaliser les pièces de votre habitat selon vos envies. Vous trouverez de nombreuses idées judicieuses sur les photographies des sites et des magazines de décoration d’intérieur en wax. Ainsi, pour ceux qui veulent adopter ce style, vous n’aurez aucune difficulté à arborer cette nouvelle tendance.

 

La rencontre de l’art et l’artisanat africain

La rencontre de l’art et l’artisanat africain

Les Wax africains et les statuettes en guise de décoration d’intérieur sont autant de symboles d’identification de l’art et l’artisanat africain

Les notions d’art et d’artisanat, de façon générale sont difficiles à définir. S’agissant de l’art et l’artisanat africain la difficulté est encore plus forte. Ces difficultés ont des origines lointaines et des tendances très variées. Ce sont en effet deux notions qui, quel que soit le contexte culturel, sont liées entre elles. En Afrique subsaharienne, on s’accorde à les unifier comme faisant partie d’un même système de pensée, d’un ensemble d’attitudes et de conceptions. En dépit de ces difficultés, l’idée d’une richesse et d’une identité propre de l’art africain fait aujourd’hui l’unanimité.

Les différentes formes et particularités de l’art et l’artisanat africain

Il peut revêtir différentes formes et être destiné à des buts précis. Si, généralement, les objets issus de l’art africain ont été fabriqués à des fins utilitaires, ils sont aussi une expression d’identité. Ils peuvent donc prendre des apparences diverses en fonction des usages et des conceptions. Dans la plupart des cas, ce sont des sculptures, des boites ou des figurines fabriquées à base de différents matériaux. A l’inverse des objets d’art occidentaux, ces productions artistiques africaines sont plus représentatives. Elles évoquent des civilisations, des manières de vivre, des idéaux propres au continent africain. Ainsi peut-on remarquer des objets fabriqués sur commande et ayant une signification bien précise. Le cas des instruments de musique est un exemple parmi d’autres.

L’art et l’artisanat africain, autre fois rejeté, aujourd’hui respecté

georges_adeagbo_ecriture_detailPendant bien des années, l’Afrique a essuyé de nombreuses critiques sur la qualité de ses œuvres artisanales. Elles étaient considérées comme le fruit de préoccupations rituelles ou mystiques et non comme des créations destinées à des fins esthétiques. De même, l’art africain était considéré comme anonyme. On reprochait aux artistes et artisans de ne pas signer leurs œuvres. Aujourd’hui, cette époque est révolue.

Les sculptures, boites et statuettes originaires du continent noir ne sont plus regardées de haut. Par ailleurs, à la faveur du développement de l’ethnologie de l’art, la création individuelle est désormais privilégiée au détriment de l’anonymat. L’aspect esthétique des objets de l’artisanat subsaharien n’est donc plus seul mis en valeur. L’artiste africain est maintenant considéré à part entière comme exerçant son métier, selon les règles de l’art, à l’image de l’artiste européen.

L’heure de la reconnaissance de l’art et l’artisanat africain

anatsui-2De plus, les techniques de datation ont permis de restituer au continent ce qui lui revenait de droit. En témoignent les tests de thermoluminescence effectués sur les noyaux d’argile des « Bronzes d’Ifè ». Ces créations étaient considérées, à tort, comme européennes à cause de leur classicisme. Les tests ont révélé que leurs origines remontent en réalité au XIVème siècle et le Bénin a été identifié comme étant leur provenance.

De nos jours, la visibilité de l’art contemporain africain est une réalité. Pour le Biennale de Venise, le ghanéen El Anatsui a reçu un Lion d’or pour l’ensemble de sa carrière. La vente, en 2014 chez Sotheby’s, d’une de ses tentures ondoyantes à 1,2 millions d’euros lui a valu d’être aujourd’hui l’artiste africain le plus cher. L’exposition personnelle des constellations arborescentes d’objets trouvés dans la rue, par le béninois Georges Adéagbo à la foire de Bâle, est un autre exemple d’affirmation de l’art africain à l’échelle mondiale. Cette affirmation est davantage renforcée à travers les pagnes Wax, notamment par leurs motifs, expression d’identité.

Les motifs de pagne Wax dans l’artisanat africain

    WAXLe pagne Wax est un tissu en coton imprimé de qualité supérieure utilisé par les femmes africaines pour la confection de leurs vêtements. Le commerce de ces tissus représente aussi une part importante de l’économie de plusieurs pays en Afrique de l’Ouest. Les motifs que comportent ces tissus sont un moyen de communication, d’affirmation d’idéaux sociaux et religieux. Ils peuvent être figuratifs, géométriques ou symboliques et portent un nom selon les cas. Les symboles les plus répandus sont les yeux, les mains, les animaux et même des photos de figures politiques ou religieuses influentes. Plusieurs qualités de Wax existent. On distingue alors les dutch super deluxe en coton léger, les dutch deluxe, les super deluxe et les deluxe. Le Wax est la parfaite illustration de la fertilité de l’art africain en idées.

Les statuettes et figurines dans l’art et l’artisanat africain

6a00d8341c026953ef00e54f87e9578834-800wiEn guise d’objets de décorations, des sculptures et figurines sont fabriquées et vendues. Celles-ci véhiculent souvent un message. Les statues dites « colons » par exemple représentent le « colon », homme blanc dans la conception africaine. Elles ont un côté plaisantin, parfois moqueur. On pouvait remarquer l’homme blanc dans son casque colonial, pistolet à la ceinture et les mains en poches. Il s’agit la d’une représentation typique de la réalité d’une certaine époque.

Des jeux créés par les artistes africains font également partie de cet ensemble identitaire. Ces jeux mettent en valeur l’ingéniosité des artistes africains. Les tableaux d’artistes, les instruments de musique et des têtes d’animaux sont aussi à compter au nombre des objets décoratifs directement issus de créations artistiques africaines.

Présents dans les domiciles, les tabourets sont aussi de ces produits issus de fabrications d’artisans africains. Il en est de même des jarres fabriquées en terre cuite, et qui servent encore à la préparation de tisanes et repas dans certains foyers. Tous ces objets tendent à matérialiser la présence de l’artisan africain dans la plupart des ménages en Afrique et on une forte dimension artistique.

Les matériaux utilisés en art artisanal africain

Ils sont quelque peu rudimentaires bien qu’aboutissant régulièrement à des résultats satisfaisants. Le bois, la terre glaise, le laiton de cuivre, les bassines de trempage et bien d’autres différents matériaux entrent en ligne de compte.

Bien que les méthodes et instruments se soient perfectionnés au fil des années, l’impact des anciennes méthodes à une certaine période ne doit pas être ignoré. Tel est le cas de la cire d’abeille, lavée pour être débarrassée des impuretés et utilisée pour ses vertus cicatrisantes. De son côté, l’aluminium est aussi fréquemment utilisé, notamment pour la fabrication de marmites ou de jarres. Le réchaud à charbon fait également partie des objets créés par des artisans africains en utilisant de l’aluminium. Par ailleurs, des jantes de camion servent parfois de four pour les forgerons, tout comme le charbon et les coques de noix de coco servent à faire du feu. Ces matériaux et équipements aident le forgeron à fabriquer les objets usuels comme les couteaux, les haches, les marteaux, etc.
L’Afrique peut être fière d’avoir su se faire un nom sur le plan de l’identité artistique. Si par le passé, elle était regardée avec peu d’aménité, aujourd’hui la conception a considérablement évolué. Certes, ce couronnement est le fruit d’un travail de longue haleine. Il repose aussi sur un talent déjà existant et qui s’est peaufiné au fil des générations.

 

Masques africains toute une histoire

Masques africains toute une histoire

Masque-Grand-25-bis-de-755-sur-530-1Certains masques sculptés en bois qui ornent nos intérieurs ont pour origine l’Afrique. Considérés comme des objets sacrés dans le cadre de certains rites africains, les masques ainsi sculptés ont également leur importance dans de nombreuses sociétés traditionnelles du monde. A partir du 19e siècle, à l’époque de la mondialisation culturelle du Tiers-monde, ces masques africains ont commencé peu à peu leur signification première. Dorénavant ils sont majoritairement vus dans leur aspect décoratif voire comme des objets de divertissement.

 

À l’origine des masques d’Afrique

La plupart des premiers masques proviennent des peuples anciens d’Afrique et il y a de nombreuses fausses idées autour de leur conception comme de leur signification. Contrairement à l’idée la plus diffusée actuellement, ce ne sont pas des accessoires de théâtre, des articles de décoration, des représentations de visage, ni des objets d’art, ou des objets sans vie et encore moins des objets de sorcellerie. Ces masques, étaient à l’origine des objets très sacrés utilisés uniquement lors des grandes cérémonies ou des rites africains d’origine animiste.

A l’origine de la création des masques par ces peuples, il y avait la volonté de matérialiser leur histoire, les mythes autour de leurs croyances ainsi que leur culture. Les masques ont donc initialement vu le jour afin de donner vie à ces mythes. Portés par des hommes, ils servaient à matérialiser un esprit, une créature exceptionnelle, surnaturelle, ou un être ayant la capacité d’agir sur les vivants. Le porteur du masque devait ainsi pouvoir faire naître auprès des vivants des sentiments multiples : respect, crainte, peur, terreur, courage, hilarité, etc. Ces masques font donc partie des coutumes des peuples anciens d’Afrique.

Fabrication et typologie des masques

Ces masques sont essentiellement fabriqués en bois, plus spécifiquement du bois d’ébène. En comparaison avec les autres matériaux utilisables et aux autres types de bois, le bois d’ébène a un caractère sacré et symbolise la richesse et le pouvoir. Les masques peuvent aussi être réalisés avec des fibres végétales, des peaux d’animaux, des métaux, des ossements, des coquillages, des calebasses, etc. Selon les coutumes, la fabrication des masques africains doit avoir lieu à l’écart du village pour se préserver des regards indiscrets et curieux du peuple. Le sculpteur doit également se purifier et observer scrupuleusement de nombreux interdits avant de concevoir les masques. Il doit nettoyer et repeindre chaque masque avant et après chaque utilisation, cela permet de le conserver.
Le nom attribué aux masques varie en fonction de leur utilisation et du peuple qui les utilise. On identifie généralement trois sortes de masques. Les masques zoomorphes, de forme animale qui se caractérisent par la représentation de visage d’animaux comme le lion, les hyènes, les antilopes, les éléphants, les chiens, etc. Il y a aussi les masques à figure humaine ou les masques dits anthropomorphes qui représentent des visages d’hommes ou de femmes de la famille du rang des ancêtres. Enfin, il y a les masques anthropozoomorphes qui représentent un visage d’homme décoré avec des éléments d’animaux comme des plumes, des dents, des cornes, etc.

Symbole et signification des masques africains

Trio de figurines singes en bois d'ébène

Les masques ont des significations particulières mais ont avant tout une symbolique culturelle très marquée. Les masques africains sont avant tout la représentation des esprits des ancêtres dans leur rôle de gardien des vivants.

Les masques africains sont aussi censés être vecteur de développement agricole. En effet, utilisés pour des fins agricoles, ces masques participent également au cycle agraire. Ils sont des supports matériels de manifestations surnaturelles des pluies, des germinations, des cultures et des récoltes. Les masques participent également au cycle de la vie suivant 2 évènements majeurs : l’initiation et la mort. Ils ne doivent être portés que par des hommes initiés aux identités qui doivent rester inconnues.

Ils sont utilisés par exemple pour intervenir lors des circoncisions ou des levées de deuil. Ces masques servent également à faire fuir des calamités.
Notons qu’il y a également des significations précises aux couleurs des masques d’Afrique. Le blanc, couleur de Dieu, signifie le passage de la mort à la renaissance ou la lumière et la pureté. Le noir, couleur négative, représente la mort et le mal (sorcellerie, maladies, anéantissement, etc.). Le rouge, couleur polyvalente, représente soit le sang, le feu, le soleil, l’agressivité, etc. Le jaune caractérise la paix et la sérénité, mais aussi la richesse et la fortune, la fertilité ou l’annonce de la mort. Le bleu représente, quant à lui, la froideur et la pureté, là où le vert signifie la croissance et la virilité.

La vraie valeur des masques dans les sociétés d’Afrique anciennes

Comme vous l’aurez compris l’origine de la fabrication des masques africains n’est pas le plaisir des yeux. Ils sont issus de la volonté des hommes africains de surpasser le surnaturel ou de le côtoyer et le faire intervenir dans le monde des vivants. Ces masques constituent dès lors des objets de culte ancestraux des peuples animistes. Notons qu’il y a les masques sacrés et les masques profanes.

Les masques sacrés détiennent un niveau de pouvoirs religieux inestimable puisqu’ils sont chargés de montrer l’invisible, les divinités, les forces surnaturelles. Ils sont utilisés dans des cérémonies de purification, des rites africains de sacrifice ou de conjuration. Tous les assistants devront passer devant pour recevoir la purification. Les masques profanes sont, quant à eux, des masques de divertissement qui s’utilisent lors des fêtes. Ils sont la représentation des ancêtres du clan. Ils sont plus petits et plus nombreux par rapport aux masques sacrés. Ce sont, entre autres, les masques qui entourent le masque sacré pendant les rites africains et les grandes cérémonies.
Les masques ont pour ultime rôle d’assurer la cohésion et la hiérarchie au sein des vivants. Ils garantissent un mode de vie spécifique. Ils sont à la fois vecteurs de revendication d’identité locale et médiateurs entre les 3 entités de la vie : dieu, les ancêtres et les hommes. Les masques peuvent également garantir la hiérarchie sociale, l’harmonie au sein de la communauté ainsi que la stabilité économique. Ils assurent la pérennité du savoir et de l’intelligence. Témoins des mutations culturelles, ils restent le socle dépositaire de toute la culture de l’Afrique.

Les masques d’Afrique à travers le monde

La Côte d’Ivoire est le principal sculpteur de ces masques jusqu’à nos jours. Ces masques constituent une richesse unique pour ce pays. Mais ils ont retenu l’attention des étrangers à partir du 19e siècle. Ils commencent à être adoptés par des pays européens, asiatiques et américains. Ces masques se retrouvent désormais dans des musées et des galeries, presque vidés de leurs sens. Ils sont dépourvus des costumes, des parures, des coiffures et des accessoires de danses que revêtent habituellement leurs.

Ces masques ne sont plus considérés que dans leur dimension esthétique et artistique. Ils sont dorénavant utilisés comme des articles de décoration de pièces, ou des accessoires de déguisement. Ce sont surtout les mutations culturelles apportées par la modernité, y compris l’intrusion du christianisme dans les communautés africaines, qui ont menées à la désacralisation de ces masques. On assiste actuellement au déracinement identitaire de toute l’Afrique devant l’exportation de ces masques.

Même étant encore très fortement ancrés dans la culture africaine, la signification des masques africains n’est plus la même, elle a évolué. Ils sont dorénavant considérés comme des œuvres d’art de la sculpture africaine pour le reste du monde.

Quelques exemples de produits sur www.africasignature.fr

Le bois d’ébène dans l’art africain

Le bois d’ébène dans l’art africain

Sculpture "kiss" en bois d'ébèneL’art africain par l’originalité des créations, la diversité des supports utilisés et tout simplement car nous n’y sommes pas particulièrement familier. La richesse culturelle de ce continent transparaît en partie grâce à ce domaine.  Avec cet article nous allons aller à la découverte d’un élément récurrent dans l’univers artistique africain : le bois d’ébène.
Le bois d’ébène  est un matériau souvent utilisé dans l’art africain, plus spécifiquement dans les arts décoratifs. On retrouve donc notamment de nombreuses sculptures en bois d’ébène. Mais au final qu’est-ce que le bois d’ébène ? Comment est-il travaillé pour arriver à ses résultats et quelles peuvent-être les symboliques derrière les sculptures réalisées avec ce matériau ? C’est ce que nous allons découvrir à travers cet article.

A la découverte du bois d’ébène

un ebennier juvenileL’ébène est le nom donné au bois de cœur produit par différentes espèces de la famille des ébénacées. L’ébénier est
un arbre de taille moyenne, environ neuf mètres de haut. Sa particularité provient de la couleur presque noire et veinée de la pièce ainsi que de sa densité élevée. On le retrouve principalement dans les régions tropicales montagneuses notamment en Afrique de l’Ouest ainsi que dans le Sud et Sud-est africain.

Le bois d’ébène se révèle être un allié très précieux pour la sculpture et la décoration africaine. Le bois d’ébène se travaille en le sublimant et le rendant vivant par la création de formes. L’ébéniste va respecter la matière en tirant partie des imperfections et des veinages. Sous la coupe de l’outil d’un artisan, son travail rend un fil droit et un profil net. Les outils utilisés seront simples et uniquement manuels.

La particularité de l’ébène est qu’il est très lourd et en grains très fins comportant des cristaux d’acide oxalique. Ces derniers lui confèrent un aspect pailleté et scintillant sous la lumière du jour. C’est la raison pour laquelle ces sculptures en bois d’ébène transmettent une impression de solidité et en même temps un caractère très lumineux.

Le bois d’ébène et les inspirations des artisans

L’artisan africain a su trouver son inspiration dans l’essence même de son pays. Le quotidien de son village d’origine fait partie de son identité et il la transmet au travers des créations artistiques. Ainsi, le travail du bois d’ébène trouve donc sa source dans la culture africaine afin de raconter une histoire propre à un artisan. Celui-ci veut exprimer sa culture locale à travers et se sert de ce matériau, l’ébène, pour la retranscrire sous formes de réalisation artistiques.

L’Afrique révèle ainsi ses facettes culturelles qui se subdivisent en une multitude d’arts locaux, tous aussi unique les uns que les autres. Les arts décoratifs africains racontent chacun un vécu que l’on peut ressentir en regardant l’objet, en analysant les veines du bois qui a été travaillé.

 Les sculptures en bois d’ébène

Sculpture buste femme en bois d'ébèneLes arts décoratifs en Afrique rythment la vie quotidienne et spirituelle. Le travail du bois d’ébène est ainsi marqué par le sacré et les rites complexes africains. Ces rites traitent de ce qui est pur, impur, de la légitimité, des alliances, de la cohésion du clan. En décoration, on retrouvera également de nombreuses statuettes évoquant la fécondité, mais aussi des objets usuels de la vie quotidienne des africains. Autant de sujets divers et variés qui occupent une place importante dans le quotidien des villes et villages.

Le dénominateur commun de ces thèmes,  va être le matériau utilisé la plupart du temps pour les confectionner, vous l’aurez compris : le bois d’ébène.  En ce sens, le bois d’ébène apparaît comme un vecteur de communication de retranscription des us et coutumes et du quotidien des peuples africains.

Les thèmes récurrents travaillés avec le bois d’ébène

Les objets confectionnés peuvent être classés en plusieurs grandes catégories, il est ainsi possible d’établir une sorte de typologie. On peut distinguer 5 grands types où grands thèmes récurrents dans les objets décoratifs :

  •  Les créations abstraites relevant de la spiritualité et renvoyant autant aux notions de puretés et d’impuretés, comme aux divinités et aux cultes animistes.
  • Les statues humaines représentant des faits et gestes de la vie quotidienne. On trouvera des représentations de femmes portants des enfants au dos, donnant le sein. Des sculptures de femmes tenant sur leur tête ou dans leur bras une bassine ou une jarre pour puiser et transporter de l’eau. On retrouvera également des sculptures d’hommes tenant à la main des objets relatifs à la culture des champs. D’autres représentations présenteront des hommes armés en référence à la défense ou à l’homme guerrier tel qu’il est décrit dans les récits de guerre.
  • Les représentations animalières ont également une place d’honneur. Les animaux que l’on trouve principalement dans les savanes africaines par exemple sont souvent mis à l’honneur. Singes, lions et girafes ont souvent la part belle dans les sculptures.
  • Les arts de la table sont également bien mis en avant. Sans effacer les différences entre les pays africain, il est quand même à noter que tous confèrent au repas, au moment de la tablé un sens particulier. Le repas c’est l’échange, la convivialité, le partage. Ce qui peut expliquer aisément la présence de ce thème dans les sculptures.
  • Enfin il y a les fameux masques africains. Il n’est pas ici question d’en donner les significations, car elles sont nombreuses et différentes (nous reviendrons dessus dans un article dédié). Néanmoins, il est important de rappeler la prédominance de cette catégorie au sein des représentations artistiques en bois d’ébène.

img_9804img_9814img_0054

Le travail du bois d’ébène : une signature africaine

On peut incontestablement dire qu’il y a une « griffe » africaine reconnaissable dans l’ensemble des sculptures en bois d’ébène réalisés sur le continent. Un certain nombre de caractéristiques qui réunies dans une sculpture permettent de l’identifier comme une création artistique africaine. C’est ce que nous pouvons nommer la signature africaine.
Des  musées dédiés aux décorations africaines exposent des sculptures qui comportent cette signature africaine. Le musée Dapper situé à Paris, est une exposition dédiée à l’art africain. Ce musée contribue à la connaissance de la décoration africaine et de la culture s’y rapportant. On peut y admirer des exemples les plus aboutis de l’art africain.

L’Occident a toujours eu un penchant net pour l’art africain. Cette attirance tient en plusieurs éléments. Tout d’abord, le savoir-faire africain qui est un véritable atout car les méthodes de l’artisanat se perpétuent de générations en générations. Par ailleurs, les matériaux utilisés pour les formes sont naturels comme le bronze, le cuir, l’ébène etc. Enfin, les couleurs des objets confectionnés sont chaudes et s’intègrent parfaitement dans un intérieur quitte à y apporter une touche d’originalité.

Retrouvez quelques exemples d’objets décoratifs réalisés en bois d’ébène sur le site africasignature.

L’art africain une valeur plus que monétaire

L’Afrique est un continent dont la richesse culturelle est indéniable. Cette richesse est visible notamment à travers les arts décoratifs tels que la sculpture dont l’un des matériaux phares est l’ébène.

Ces sculptures traversent les frontières et viennent se faire une place au sein de nos salons, au plus près de nous là ou nous pouvons les contempler au quotidien. En effet, qui n’a pas déjà vu autour de lui, chez des amis, des éléments de décoration sculptés dans un bois très foncé, presque noir : le bois d’ébène.

Une sculpture en bois d’ébène c’est l’assemblage de plusieurs éléments. Tout d’abord un savoir-faire incontestable, alliée à une histoire locale imprégnée des choses du quotidien, des coutumes, des croyances. Enfin des émotions  et des sentiments perceptibles à la simple vue de l’ouvrage final.  Autant d’ingrédients qui expliquent que ces œuvres séduisent bien au-delà des frontières.

Ces artisans transmettent leur vécu à travers des œuvres d’art vendus à des prix très accessibles, mais valant bien plus au vu du cœur mis à l’ouvrage.Trio de figurines singes en bois d'ébène